Je me suis tenue éloignée d'internet et de la bloggosphère en ce début d'année.

En effet, ma grande résolution pour 2014 est de me remettre à lire.

Je vous fais donc partager mes dernières lectures :

IMG_2468

Certaines n'avaient jamais vu la mer, Julie Otsuka : 4ème de couverture :

L’écriture de Julie Otsuka est puissante, poétique, incantatoire. Les voix sont nombreuses et passionnées. La musique sublime, entêtante et douloureuse. Les visages, les voix, les images, les vies que l’auteur décrit sont ceux de ces Japonaises qui ont quitté leur pays au début du XXe siècle pour épouser aux États-Unis un homme qu’elles n’ont pas choisi.
C’est après une éprouvante traversée de l’océan Pacifique qu’elles rencontrent pour la première fois celui pour lequel elles ont tout abandonné. Celui dont elles ont tant rêvé. Celui qui va tant les décevoir.
À la façon d’un chœur antique, leurs voix se lèvent et racontent leur misérable vie d’exilées… leur nuit de noces, souvent brutale, leurs rudes journées de travail, leur combat pour apprivoiser une langue inconnue, l’humiliation venue des Blancs, le rejet par leur progéniture de leur patrimoine et de leur histoire… Une véritable clameur jusqu’au silence de la guerre. Et l’oubli.

PRIX FEMINA ÉTRANGER 2012

J'ai beaucoup aimé, découverte d'un épisode méconnu, oublié de la vie de femmes, que je ne soupçonnais pas... à connaitre.

Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire, Jonas Jonasson : 4ème de couverture :

Franchement, qui a envie de fêter son centième anniversaire dans une maison de retraite en compagnie de vieux séniles, de l'adjoint au maire et de la presse locale ?
Allan Karlsson, chaussé de ses plus belles charentaises, a donc décidé de prendre la tangente. Et, une chose en entraînant une autre, notre fringant centenaire se retrouve à trimballer une valise contenant 50 millions de couronnes dérobée – presque par inadvertance – à un membre de gang. S'engage une cavale arthritique qui le conduira à un vieux kleptomane, un vendeur de saucisses surdiplômé et une éléphante prénommée Sonja.."

Quand on le commence, on a envie de connaitre la suite, impérativement. Un peu long malgré tout, mais on se prend au jeu de découvrir ce que fut la vie d'Allan, avant de découvrir la fin du voyage...

IMG_2469

Un avion sans elle, Michel Bussi : 4ème de couverture,

Décembre 1980. Un avion s’écrase dans le Jura : 168 passagers des 169 passagers qu’il transportait sont tués. Seul survivant : un bébé, une petite fille âgée de trois mois. Or l’avion transportait deux nourrissons du même âge, des filles toutes les deux. Qui est ce bébé ? S’agit-il de la petite fille de Léon de Carville, riche industriel, ou de celle des Vitral, couple malheureux vivant à Dieppe ? Les deux familles vont employer tous leurs efforts pour tenter de prouver que cet enfant est de leur sang. Dix-huit ans plus tard, Lylie a bien grandi, mais elle n’a toujours pas de véritable identité. Lorsque le détective privé qui avait mené l’enquête la contacte en prétendant avoir enfin trouvé la solution, tout bascule…

Je viens de le commencer et déjà je savoure cette histoire...

Les nymphéas noirs, Michel Bussi :

Résumé éditeur :
Tout n'est qu'illusion, surtout quand un jeu de miroirs multiplie les indices et brouille les pistes. Pourtant les meurtres qui troublent la quiétude de Giverny, le village cher à Claude Monet, sont bien réels. Au coeur de l'intrigue, trois femmes : une fillette de onze ans douée pour la peinture, une institutrice redoutablement séduisante et une vieille femme aux yeux de hibou qui voit et sait tout. Et puis, bien sûr, une passion dévastatrice. Le tout sur fond de rumeur de toiles perdues ou volées, dont les fameux Nymphéas noirs. Perdues ou volées, telles les illusions quand passé et présent se confondent et que jeunesse et mort défient le temps.

Il parait qu'il est encore mieux que "un avion sans elle"...

Voilà pour aujourd'hui, je vous dévoile bientôt ce que j'ai commencé ce 1er janvier 2014, en broderie cette fois...